Consommation chauffe-eau thermodynamique

Tout savoir sur la consommation d'un chauffe-eau thermodynamique

Le chauffe-eau thermodynamique a déjà conquis un bon nombre de Français qui, en souhaitant changer de chauffe-eau, se sont rendus compte que des alternatives écologiques et économiques sont disponibles sur le marché. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le sujet et regarder en détail les caractéristiques du chauffe-eau thermodynamique et notamment la rentabilité qu’il sous-entend au sein des foyers.

La différence entre un chauffe-eau thermodynamique et un chauffe-eau traditionnel

Pour connaître le seuil de rentabilité, il faut effectuer un comparatif entre les différents appareils. Le chauffe-eau traditionnel fonctionne à l’électricité, il a été découvert vers 1915 pour se développer au fil du temps. Les ingénieurs de tous pays ne cessent de chercher des solutions toujours plus adaptées à nos environnements et modes de vie. Le chauffe-eau électrique a donc été une invention révolutionnaire puisqu’il permet de réchauffer de l’eau stockée dans un ballon au moyen d’une résistance. Pour qu’il soit efficace et apporte une qualité supérieure sur le long terme, de nombreuses innovations ont fait progresser l’avènement du chauffe-eau, devenu l’appareil indispensable au sein de chaque foyer afin de réchauffer l’eau sanitaire.

Origine de la thermodynamique

La thermodynamique est une branche de la physique qui cherche à relier les phénomènes thermiques et mécaniques et étudie la transformation des systèmes dont les notions sont la température et la chaleur. Cette science prend son essor au XIXe siècle et s’est formulée en 1824 par le physicien français Sadi Carnot, au travers de rédactions abordant la puissance motrice du feu.

Le principe de fonctionnement du chauffe-eau thermodynamique

L’innovation du chauffe-eau thermodynamique résulte de la combinaison entre un cumulus et une pompe à chaleur. La pompe à chaleur se charge de capter les calories présentes dans l’air, intérieur ou extérieur, et les retransmet dans le ballon pour réchauffer votre eau sanitaire. Des branchements électriques sont installés, car si la température de l’air inspirée est trop froide, soit en dessous de -5C°, la pompe à chaleur n’est plus efficace, donc l’électricité prend le relais.

Comprendre les différences entre un chauffe-eau thermodynamique et un chauffe-eau électrique

La consommation annuelle d'un chauffe-eau thermodynamique

Dans un premier temps, il existe différents modèles de chauffe-eau thermodynamique, le monobloc et le split. Ces deux modèles fonctionnent de la même manière, mais afficheront quelques différences en termes de coût et de consommation.  La pompe à chaleur est branchée de façon électrique afin d’assurer le bon fonctionnement des compresseurs. Le cumulus, en fonction de son niveau de technologie peut consommer plus ou moins d’électricité. 

Certains systèmes dernière génération sont dotés d’une intelligence artificielle avec des options avantageuses telles que, adapter la chauffe du ballon à l’utilisation des habitants au quotidien, ou encore la possibilité de programmer l’arrêt de chauffe lorsque vous êtes en vacances. Les économies d’énergie sont alors conséquentes.

 

  • Le chauffe-eau thermodynamique Monobloc (1 500 à 2 500 €)

    Il a la particularité de contenir en un seul bloc la pompe à chaleur et le cumulus, ce monobloc peut fonctionner sur l’air intérieur ou extérieur, c’est sur ces différences d’installation que le montant varie. La consommation peut être plus intéressante lorsque l’air inspiré provient de l’intérieur.

  • Le chauffe-eau thermodynamique Split (1 500 à 3 500 €)

    Il se compose de deux unités, une qui se trouve à l’extérieur du logement : la pompe à chaleur, l’autre à l’intérieur : le cumulus. Les branchements hydrauliques sont les mêmes que pour un chauffe-eau traditionnel, seul l’apport énergétique diffère. Sa consommation peut être supérieure puisque l’unité est automatiquement placée à l’extérieur.

Quel chauffe-eau thermodynamique choisir ?

En fonction du nombre de personnes qui constituent le foyer, la capacité du ballon d’eau varie. En effet, pour une famille de trois, le volume doit être équivalent à 110 à 150 litres maximum. Pour cinq à sept personnes, 250 à 270 litres seront nécessaires. Lorsque la taille du ballon est adaptée les pertes sont minimisées. Pour connaître l’efficacité d’un appareil, il faut calculer le volume d’eau chaude disponible. Un chauffe-eau se règle généralement à hauteur de 65 degrés, si sa capacité est de 200 litres, il sera en mesure de fournir 400 litres d’eau à 40 degrés, c’est ce qu’on appelle un V40. Sachant qu’une personne peut consommer en moyenne 40 litres d’eau par douche chaude et encore quelques litres pour le lavage de main ou encore la vaisselle, soit un total de 80 litres.

Combien ça coute ?

Le chauffe-eau thermodynamique consomme environ 1 kWh d’énergie pour fournir 3 à 4 kWh de chaleur. La consommation moyenne de cet appareil varie entre 900 et 1200 kWh par personne et par an, et, le coût du kWh est fixé à 0,1765 euro (statistique en 2019, prix variable en fonction des villes, régions, années, etc.), soit un total qui fluctue entre 158,85 et 211,8 euros par an, par personne.

La consommation de l’appareil va dépendre de nombreux critères, non seulement le type de modèle, la capacité, mais aussi les conditions ci-dessous.

LES AVANTAGES !

L'ENTRETIEN DU CHAUFFE EAU THERMODYNAMIQUE

1/ Veiller régulièrement à ce que rien ne s’accumule devant l’unité extérieure (feuilles, branchages).

2/ Une vidange et un détartrage du chauffe-eau thermodynamique est préconisée tous les deux ans.
Depuis 2017, un entretien annuel de la PAC est obligatoire si sa charge en fluide frigorigène est supérieure à 2 kg (ou 12 kW). Notre filiale Climax SAV peut vous proposer un contrat d’entretien annuel.

L'INSTALLATION

Les conditions pour une installation rentable

Quelques conditions doivent être réunies afin d’optimiser la rentabilité de votre chauffe-eau thermodynamique ;

  1. La zone/région: en effet certaines régions sont beaucoup plus propices à l’accueil de ce système énergétique, puisque la pompe à chaleur détient un fluide caloporteur capable de capter la chaleur jusqu’à une température de -5C°, les zones de montagne ou dans le nord, sont déconseillées. L’installation de ce matériel perd toute sa rentabilité si le froid est prépondérant au sein du climat.

  2. Le ballon de stockage : stocker le ballon dans une pièce à température ambiante est un avantage pour la conservation de la chaleur.
    En ce qui concerne le chauffe-eau thermodynamique monobloc, la température de la pièce dans laquelle celui-ci est installé, soit, en récupérant l’air intérieur ou extérieur par le biais de la présence de bouche de sortie ou non, dénote d’une certaine différence ; l’air intérieur sera forcément plus chaud qu’en extérieur.
    De plus, comme dit plus haut, dimensionner correctement le chauffe-eau permet d’optimiser la consommation d’eau chaude sanitaire.

  1. Les modes de fonctionnement: pour être efficace, le chauffe-eau doit être réglé à une température de 85 degrés, ainsi vous pourrez utiliser de l’eau à la température idéale. En revanche il peut être judicieux de modifier les modes de fonctionnement selon vos besoins (en été la température peut être largement baissée, lorsque vous partez en vacances ou en week-end, vous pouvez programmer l’arrêt de la chauffe en continu, etc.).

 

Il est vrai que dans certain cas, opter pour l’option écologique n’est pas forcément économique. Or le chauffe-eau thermodynamique permet à de nombreux foyers de réaliser de belles économies sur le long terme. En réalité, le chauffe-eau électrique ou au gaz affiche un coût d’achat trois fois moins cher selon les marques et les modèles, mais la rentabilité s’effectue sur le temps. Un chauffe-eau thermodynamique coûte entre 1 500 et 3 500 euros, au bout de quatre à six ans ce montant est largement rentabilisé par la consommation annuelle plus basse. C’est une moyenne de 70 à 75 % d’économies réalisées chaque année.

De plus, les travaux de rénovation énergétique sont encouragés par l’État qui propose des aides financières intéressantes lorsque le matériel est installé par un artisan certifié RGE (reconnu garant de l’environnement). C’est le cas de MaPrimeRenov’ par exemple, une prime qui est calculée sur le montant des impôts sur le revenu des ménages et a été mise en place récemment pour être accessible à la majorité des foyers.